Cap Canaries

Appareillage de Portimao Lundi 20 octobre 19h.

Un dernier regard vers la terre qui déjà s’éloigne. Une jolie brise d’Est nous emmène au large, nous laissons derrière nous le vieux continent pour les îles Canaries; que dis-je pour les îles tout court ! Les Canaries, le Cap vert et l’archipel des Antilles. Un grand pas vers les tropiques. 

Une première nuit sans grand vent au moteur le temps de se remettre dans le bain. Au jour, une faible brise de nord est nous permet de stopper le moteur. Mer plate avec un petit 10 nœuds de vent, on envoie le spi ( grande voile d’avant pour allure portante) portante = vent arrière.

Spi

Rien ne se passe et pourtant il se passe des tas de choses autour de nous et à l’intérieur de nous. Je crois que nous prenons de plus en plus conscience de la chance qu’on a de vivre cette vie en mer. La liberté c’est le pied !

La nuit tombe, le ciel est d’une clarté étonnante toutes les étoiles sont visibles jusqu’à très bas sur l’horizon, la lune à son premier quartier. Dans la journée de mercredi, le vent n’a guère forcit, nous approchons les 10 nœuds, on se rapproche des Alizés. On adopte les voiles en ciseaux (une de chaque côté). Qu’elle navigation reposante en comparaison de ce que nous avons connu la dernière fois. En bordant un peu le génois et en choquant un chouïa l’écoute de grand voile le bateau suit son cap sans qu’on ai besoin de toucher à la barre. Nous grattons petit à petit quelques miles. Encore une nuit semées d’étoiles, mer phosphorescente illuminant les deux côtés du bateau, nous remettons le moteur pour la nuit. Vendredi réveil sous un soleil de plomb, un bain de soleil à l’avant, je contemple le grand bleu. La température de l’eau est de maintenant 24°c et le bleu de la mer est de plus en plus claire. Ça commence à sentir les tropiques et les poissons volants! Avant le coucher du soleil des dauphins sont venus nous rendre visite, encore plus impressionnant dans ce bleu, on peut les observer dans les détails et on dirait bien qu’ils nous regardent … Le « bilibili » (cri que j’avais l’habitude de faire en saison pour attirer les enfants photographiés) à l’aire de fonctionner avec eux aussi. Ils sautent et sourient j’vs jure! 

A la grande déception de Pier, aucun poisson n’a mordu à son leurre, il ne désespère pas et nous imagine à l’ancre, à l’apéro entrain de faire griller du poisson au barbeuk …  Samedi nous voilà tout excité, dernier jour de navigation, heure prévu vers 18h. Nous scrutons l’horizon à la recherche d’un bout de terre. Nous apercevons furtivement un poisson volant et soudain … Le coup de grâce Terre en vue s’exclame Pier !! Mais oui regarde bien entre le génois et la grand voile … YOUPIIII CANARIES !! 🙂  

Nous voilà a démarrer le moteur bien trop excité à trop rêver à ce qui nous attend mais voilà après une vérification, Pier se rend compte qu’on est presque à sec. Nous finissons à la voile pour garder le peu de gasoil qui nous reste pour jeter l’ancre. L’arrivée à la Graciosa île au nord de Lanzarote est dépaysante. Nous nous retrouvons entre ces deux îles à contempler ce spectacle; pente de roche abrupte, paysage lunaire, plage de sable fin … On y est. On a jeter l’ancre dans le mouillage  » Playa Francesca  » situé à proximité du port de la Graciosa aprés avoir désarmorcé à la gite le peu de gasoil restant ! Nous ne tardons pas à oublier cette panne pour un apéro bien mérité dans ce nouveau paysage pour finir par un bain de minuit en dessert.

piaf ADR_7488ADR_7505ADR_7543

La vidéo

Reveil matin mal de crane, il y a du pain sur la planche ! Le vent souffle avec des rafales à 25 nœuds il nous faut absolument réamorcer le moteur et trouver du gasoil. Je pars donc à terre direction le port de Graciosa petit village de 500 personnes pendant que Pier reste surveiller le bateau. Autant dire que cela a été un peu l’aventure un dimanche de me procurer du Gasoil … station fermé, tour du ponton visiteur et tour du ponton des pêcheurs sans succès. C’est Daniel un Canarien qui fait des excursions avec son quatre quatre autour de l’île qui m’a donné 20 litres en siphonnant le gasoil de sa voiture. Il m’a forcement rie au nez quand je lui ai dit que j’avais l’intention de rentrer à pied avec 20 kilos à bout de bras au mouillage qui se trouve à 25 minutes de là. Me voilà sur les routes du Dakar dans les montagnes ensablées de la Graciosa, un grand moment! Muchas Gracias Daniel !! De retour au bateau, Pier la tête dans le moteur réamorce le moteur avec les 20 litres. Sauvé!

Nous pouvons maintenant profiter de notre escale.

ADR_7586R

2 jours après notre arrivée nous guettons l’arrivée de Michel, nous ne l’avons pas vu depuis Porto, un coup d’oeil à l’horizon on aperçoit un bateau rouge aprés vérification au jumelle, c’est bien lui. C’est donc tout les 3 que nous sommes partis nous balader dans ce petit coin de paradis …

Michel graciosaADR_7527ADR_7526ADR_7538ADR_7551ADR_7554ADR_7557mouillageADR_7593ADR_7601ADR_7615

panorama graciosa

mouillage graciosa

Après avoir passé plus d’une semaine dans ce mouillage, une dernière soirée s’improvise avec les différents équipages du mouillage à parler d’aventures et de nos escales futures. Au matin nous quittons ce paradis sauvage et mettons les voiles pour une petite navigation en direction de Lanzarote. Retour à la civilisation dans le nouveau port d’Arrecife inauguré il y a un mois. Au programme avitaillement , grand
ménage et réparation de l’annexe. Nous retrouvons aussi les équipages copains qui mouillés autour de nous à la Graciosa. Nous repensons aussi à l’année dernière quand nous avions retrouvé Méli et Nico dans ce même port qui était alors en pleine construction. Ils étaient partis de Ouistreham sur un écume des mers pour un tour de l’Atlantique sans itinéraire et retour précis. J’étais à ce moment la en plein questionnement et je ne savais pas si j’allais faire le grand saut ! 

Nous avons fait la rencontre de 2 français qui voyage en « bateau stop » après avoir fait connaissance, nous décidons de les accueillir à bord pour notre prochaine navigation. Mercredi 5 novembre nous mettons le cap pour Santa Cruz de Tenerife, 24h de navigation avec nos deux équipiers. Les conditions sont assez bonne, 20 nœuds au travers avec une houle croisées. Le bateau affiche régulièrement des pointes à plus de 7 nœuds nous permettant ainsi d’effectuer notre meilleur moyenne depuis le début du voyage. 6,5 nœuds en 24 heures soit 160 miles. 

Quelques nuages viennent s’accrocher au mat et les vagues qui tapent sur le côté du bateau nous balance d’un côté à l’autre. 15h c’est l’heure de la sieste pour notre capitaine, je reprend la barre entouré de nos deux équipiers. Ils me questionne sur la navigation, mes ressenties, nos escales passées … Je vous laisse m’imaginer à la barre, fière, les cheveux au vent entrain d’apprendre quelques techniques de navigation ! Sans oublier de me vanter de n’avoir jamais était malade en mer … Aprés le réveil du capitaine, je décide à mon tour de faire une petite sieste ça balance pas mal, j’me sens patraque. Mais je dois me réveiller, l’un des équipiers se sent aussi barbouillé, je lui cède ma place pendant que nous installons une couchette dans la cabine arrière pour la nuit. Ça secoue trop la dedans, ça me monte à la tête, je vais prendre l’air !

TROP TARD ! Je vomis cheveux au vent … Miam!

C’est le cas pour un des équipiers dans les toilettes aussi, 2 en moins. Autant dire que j’ai essayé de faire mes quarts de nuit, en vain, au bout d’une heure je n’en pouvais plus. Un solide mal de mer qui a mis du temps à s’arrêter. J’ai finis scotché au lit à ne rien voir de l’extérieur … TROP FIÈRE !

(apparté) « Nous, on aimerait bien que Pier nous raconte un peu. « 

ADR_7622

Nous sommes amarré au port de Santa Cruz, quelques balades du coin en attendant l’arrivée de Camille et Pierre prévu dimanche.

ADR_7631

ADR_7641

ADR_7656

ADR_7659

ADR_7687

Daurade à la plancha.

ADR_7692

IMG_0224

IMG_0252

Aéroport de Tenerife en attendant Camille et Pierre. (Bourbon) est le nom de la boite ou travaille Pier et Pierre.

Nous sommes maintenant 4 à bord direction le Cap Vert ! 🙂

La vidéo (Graciosa)

Publicités

2 réflexions sur “Cap Canaries

  1. Mais vous êtes déjà loin ! C’est magnifique, beau à voir (bravo pour les photos) et sympa à lire. Continuez à « Follow the Sun » pour nous. Bises++ Yvon

  2. C’est vraiment sympa de suivre votre blog. On attends la suite au Cap Vert avec impatience. Après 4 heures avec Ryanair fini les palmiers me revoilà avec les pommiers. Bises à tous les deux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s